Lubero/Nord-Kivu : environ 20 000 ménages déplacés en détresse à Kanyabayonga, Kayna, Kirumba et Kikuvo

rdc270309a
Kanyabayonga, le 27 mars 2009 (caritasdev.cd): Plus de 19 194 ménagés déplacés sont actuellement sans secours dans plusieurs cités du sud Lubero, dans la Province du Nord-Kivu. Ces familles
fuient l’insécurité causée par les opérations militaires en cours contre les rebelles rwandais des Forces de Libération pour la Libération du Rwanda (FDLR). Elles viennent des localités de Miriki, Buleusa, Rusamambu, Busereka, Bwambali, Kanune, Bushalingwa, Kasiki, Kimaka, Mbughavinywa, Kanyatsi, Mbingi et les
villages environnants, rapporte caritasdev.cd.

La Caritas Butembo-Beni plaide alors pour une aide humanitaire d’urgence à cette population déjà meurtrie par les affres de la guerre. Elle recommande toutefois aux Autorités politico-administratives et militaires compétentes d’imposer une discipline rigoureuse aux éléments des Forces Armées de la République Démocratiques du Congo (FDLR), déployés dans la région pour une mission délicate de protection des populations congolaises.

Selon l’évaluation faite par les équipes de Caritas Butembo-Beni, 8 378 ménages ont été enregistrés dans la Cité de Kanyabayonga du 15 au 21 mars 2009. Le nombre des déplacés ne fait que croître, déplore un rapport daté du 24 mars dernier. Famine, maladies hydriques, hausse vertigineuse des prix des biens de première nécessité accompagne malheureusement ce mouvement des populations.

La plupart de ces déplacés viennent de Miriki, où plus de 160 maisons ont été brûlées, jetant ainsi sur la route la population de cette localité.

La Cité de Kayna oubliée

Par ailleurs, 2 115 ménages déplacés ont été dénombrés jusqu’au 16 mars 2009 à Kayna. Cette cité n’aurait pas bénéficié d’assistance humanitaire ces derniers mois, depuis la distribution des semences de haricot et de maïs par la Caritas Butembo-Beni du 21 au 22 août 2008. La population s’insurge contre les autorités administratives locales, les accusant d’être à la base de l’oubli dont elle serait l’objet. Hormis les déplacés, Kayna compte environ 7 000 ménages. De leur côté, les Autorités administratives de Kayna lancent un cri d’alarme aux Organismes humanitaires et aux personnes de bonne volonté de venir en aide à leurs administrés, à l’instar des localités environnantes.

Des déplacés en attente de l'aide de Caritas à Lubero-centre. (Ph. Caritas Congo – 3 Décembre 2008)

Des déplacés en attente de l'aide de Caritas à Lubero-centre. (Ph. Caritas Congo – 3 Décembre 2008)

En outre, 7 000 ménages déplacés sont signalés à Kirumba, 1 601 autres à Kikuvo. « Dans toutes ces cités (Kanyabayonga, Kayna, Kirumba), la population souffre et ne sait à quel Saint se vouer. Elle a urgemment besoin d’une assistance sur tous les plans : matériel, spirituel, psychologique, … La population ne cesse de se demander si la paix reviendra un jour dans cette partie du pays où les déplacés et les autochtones
sont tous devenus des vulnérables », conclut la note de plaidoyer de la Caritas Butembo-Beni, reprenant les propos des personnes déplacées.

Au-delà de la paix primordiale pour la reprise de leurs activités agricoles et d‘élevage, leurs besoins prioritaires s’expriment essentiellement en termes des bâches, couvertures, vivres et autres biens non alimentaires.

Tags: , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: