Inondations 2010, Caritas Bénin s’organise pour le relèvement et la réhabilitation des populations

Case détruite.


Du 13 au 21 décembre 2010, plusieurs équipes de Caritas Bénin se sont rendues dans certaines zones sinistrées. Elles ont constaté que les populations sont encore sans abris et sont soumises à l’épreuve de la soif et de la faim. Face à cette situation Caritas Bénin et ses partenaires s’attellent pour la mise en œuvre des activités de la phase de reconstruction, de relèvement et de réhabilitation des populations.

Pendant que les secours d’urgence sont fournis dans les régions affectées par les inondations de cette année 2010, Caritas s’organise activement pour la phase de relèvement et de réhabilitation. C’est dans ce cadre que plusieurs missions ont été effectuées du 13 au 21 décembre 2010 dans les départements de l’Atlantique, de l’Ouémé, du mono, de l’Alibori et de l’Atacora. Chacune de ces missions devrait explorer ces régions et collecter les informations nécessaires pour la mise en œuvre des volets Reconstruction, Assainissement et Eau, Relance des activités agricoles.

Il ressort des différents rapports que les populations des zones visitées vivent dans des conditions très préoccupantes.

Case détruite.


Beaucoup de personnes dont les cases sont détruites n’ont pas les moyens de les reconstruire car elles ont tout perdu pendant la catastrophe. Certaines ont trouvé abri auprès d’amis et parents, d’autres ne voulant pas abandonner leur habitation se couchent à la belle étoile en cette période d’harmattan où les nuits sont froides.

Les réserves de vivres qui étaient déjà insuffisantes et qui devraient aussi servir de semences pour la prochaine saison agricole ont été toutes consommées. La faim sévit dans les foyers. S’alimenter deux fois par jour est une prouesse que très peu sont capables de réaliser. Beaucoup de femmes allaitantes et d’enfants à bas âge sont exposés à la malnutrition.

L’insuffisance des sources d’eau potable est notoire. Non seulement les ménages sont très éloignés des quelques points d’eau existants mais ils sont très nombreux à venir s’y approvisionner. Les femmes et les petits enfants font parfois plusieurs voyages par jour pour satisfaire leurs besoins hydriques. D’autres, ne pouvant plus résister à la torture de la soif, n’hésitent pas à consommer l’eau de certains marigots non encore asséchés, s’exposant ainsi à de graves maladies hydriques.

Toutes ces informations collectées in vivo sur le terrain viennent confirmer Caritas Bénin dans sa volonté de hâter la phase de relèvement. Plusieurs groupes de travail se mobilisent pour que dans les jours à venir des actions concrètes soient menées en faveur des populations en détresse.

C’est le lieu de remercier le Secours Catholique/Caritas France, Caritas Internationale (Belgique), Caritas Luxembourg, Caritas Corée, Caritas Italienne et le HCR qui appuient et accompagnent Caritas Bénin dans la mise en œuvre des activités de reconstruction, relèvement et réhabilitation.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: