Archive for June, 2011

Caritas Zambia Statement on Cheap Propaganda

June 22, 2011

(Version française)

Lusaka, June 22nd 2011

Caritas Zambia is saddened by the continued lies that are being peddled in the state owned media regarding an imaginary relationship between ourselves and the Patriotic Front which are being created by some individuals. While the peddlers of this imaginary relationship know the position of Caritas Zambia, they have chosen to ignore this truth and instead go with their own creations which are based on lies. Unfortunate as it may be, we as an organisation cannot stop them from pushing their agenda.

Caritas Zambia has taken note of these false allegations and lies that are being reported in the public media but we refuse to engage in confrontation with such individuals as their only motive is to distract us from our work. As stated before, we reiterate our position that we are Non‐ Partisan and we have never endorsed any political party and do not intend to do so now. As an organisation, we take the principle of non‐ partisanship seriously as one of our core values and that is why we always advise our members who have political interest to resign their positions in the organization.

Caritas Zambia would also like to appeal to the Electoral Commission of Zambia (ECZ) not to bow to pressure from these individuals who are burnt on tarnishing the image of Caritas Zambia by linking it to partisan politics. We have so far collaborated very well with ECZ and will continue to do so in order to complement their effort in the electoral process.

We have also noted with concern that the state media has allowed itself to be used by partisan cadres at the expense of creating a platform for constructive dialogue and setting the agenda for all politicians. The state owned media need not be reminded that they are financed by tax payers and are therefore answerable to the Zambian citizens. Therefore, they cannot get away with the kind of journalism that they are practicing where they even forget the basic practices in journalism such as getting the views from the other side in order to come up with a balanced story. What we are witnessing now is appalling and if not checked will lead to loss of public confidence in the media.

We therefore, urge the media, especially the public media to reassess themselves and begin to set the agenda for political discourse and promote healthy debate among stakeholders instead of carrying hate speech and articles which are only aimed at destroying organisations, political parties and the Church.

Milimo Mwiba (Ms)
Acting Director
Caritas Zambia

Advertisements

Déclaration de Caritas Zambie sur la propagande bon marché

June 22, 2011

(English version)

Lusaka, 22 juin 2011

Caritas Zambie est attristée par les mensonges répétés, créés par quelques individus, et qui sont colportés dans les médias appartenant à l’Etat, par rapport à une relation imaginaire entre nous et le Front Patriotique. Alors que les colporteurs de cette relation imaginaire connaissent la position de la Caritas Zambie, ils ont choisi d’ignorer cette vérité et plutôt aller de l’avant avec leurs propres imaginations qui sont fondées sur des mensonges. Aussi malheureux que cela puisse être, nous, en tant qu’organisation, ne pouvons les empêcher de faire avancer leur agenda.

Caritas Zambie a pris note de ces fausses allégations ainsi que des mensonges qui sont rapportées dans les médias publics, mais nous refusons de nous engager dans une confrontation avec ces personnes dont la seule motivation est de nous éloigner de notre travail. Comme nous l’avons dit auparavant, nous réaffirmons notre position à l’effet que nous sommes non partisans et que nous n’avons jamais souscrit à aucun parti politique et n’avons pas l’intention de le faire maintenant. En tant qu’organisation, nous prenons au sérieux le principe de non-partisannerie comme une de nos valeurs fondamentales et c’est pourquoi nous conseillons toujours à nos membres qui ont un intérêt politique de démissionner de leur fonction dans l’organisation.

Caritas Zambie tient également à faire appel à la Commission Electorale de Zambie (CEZ) afin qu’elle ne s’incline pas devant la pression venant de ces personnes qui s’efforcent à ternir l’image de la Caritas Zambie en l’associant à la politique partisane. Nous avons jusqu’ici très bien collaboré avec la CEZ et nous continuerons à le faire afin de soutenir leur effort dans le processus électoral.

Nous avons également noté avec inquiétude que les médias d’Etat sont autorisés à être utilisé par des cadres partisans au détriment de la création d’une plateforme pour un dialogue constructif et la mise en place d’un agenda pour tous les politiciens. Il n’est pas nécessaire de rappeler aux médias appartenant à l’Etat qu’ils sont financés par les contribuables et doivent par conséquent rendre des comptes aux citoyens zambiens. Par conséquent, ils ne peuvent s’en tirer avec le genre de journalisme qu’ils pratiquent où ils oublient même les pratiques de base du journalisme comme obtenir l’opinion de la partie adverse afin d’aboutir à une histoire équilibrée. La situation à laquelle nous assistons maintenant est épouvantable et si rien n’est fait ceci entraînera la perte de confiance du public dans les médias.

Nous exhortons donc les médias, notamment les médias publics, à se réévaluer et à commencer à revoir leur agenda pour le discours politique et à promouvoir un débat sain entre les intervenants au lieu de diffuser des discours et des articles de haine qui visent seulement à détruire les organisations, les partis politiques et l’Eglise.

Milimo Mwiba (Mme)
Directrice (p.i.)
Caritas Zambie

Caritas hails ILO convention on decent labour conditions for domestic workers

June 17, 2011

16 June 2011

(Version française)

Caritas Internationalis says that a new treaty adopted by the International Labour Organisation (ILO) is a milestone in protecting millions of domestic workers around the world.

Governments, employers and unions meeting at the 100th ILO conference in Geneva voted on Thursday 16 June to approve the Domestic Workers Convention and a further recommendation. Under the new international legal instrument, domestic workers will have rights such as an entitlement to social protection, to rest days and annual leave, collective bargaining and protection from abuse.

Caritas has been campaigning to improve the working conditions of domestic workers through the adoption of such a convention. Under the campaign “Under one roof, under one law, equal rights for migrant domestic workers”, Caritas has advocated first and foremost for the respect and the dignity of migrant domestic workers.

Director of Policy Martina Liebsch said, “Although working so close to family life, in households and being entrusted the care of children or elderly, domestic workers are badly treated. Instead they deserve our respect.

“The Domestic Workers Convention will benefit the lives of millions of people around the world. Governments have finally recognised that domestic workers have the same labour rights enjoyed by everyone else. It is a milestone in breaking the prejudice they face every day, especially migrant domestic workers.

“Caritas will follow up on the ratification and implementation of the convention. We need to see these words materialise into good practises, offering decent working conditions and effective protection from abuse and exploitation.”

Caritas highlights the inclusion of access to a complaint mechanism for domestic workers and their right to collective bargaining and freedom of association as key elements of the treaty.

Caritas says that provision on the complaint mechanisms would be stronger if migrant domestic workers had been given the possibility to stay in the country of employment while their complaint was being processed.

Another strong point of the convention is measures to prevent abuse and exploitation by private recruitment agencies, including cooperation across national borders between ILO member states. Caritas had called for the monitoring of recruitment agencies, some of which made their profit by cheating domestic workers and asking high fees for job placements. This practise indebted migrant workers even before they took up their job in a foreign country.

The ILO says that based on national statistics there were 52.6 million domestic workers last year, but it believes that a more realistic figure is closer to 100 million people.

Many domestic workers, especially migrants, suffer unregulated working conditions, exploitation, abuse and being trafficked into this work. They do not have the means to defend themselves in many countries where there are inadequate laws regulating domestic work.

The Domestic Workers Convention will come into effect upon the ratification of only two countries. Countries can opt not to sign, but Caritas believes the convention will give campaigners a standard to persuade governments to sign up.

(Source: Caritas Internationalis)

Caritas applaudit la convention de l’OIT sur les conditions de travail décentes pour les travailleurs domestiques

June 17, 2011

16 Juin 2011

(English version)

Caritas Internationalis affirme qu’un nouveau traité adopté par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) est une étape importante dans la protection des millions de travailleurs domestiques partout dans le monde.

Les gouvernements, les employeurs et les syndicats participant à la 100e Conférence de l’OIT à Genève ont voté le jeudi 16 juin pour approuver la Convention sur les Travailleurs Domestiques et une autre recommandation. Sous le nouvel instrument juridique international, les travailleurs domestiques auront des droits tels que le droit à la protection sociale, aux jours de repos et au congé annuel, à la négociation collective et à la protection contre les abus.

Caritas a fait campagne pour améliorer les conditions de travail des travailleurs domestiques à travers l’adoption d’une telle convention. Dans le cadre de la campagne « Sous un même toit, en vertu d’une même loi, égalité des droits pour les travailleurs domestiques migrants », Caritas a tout d’abord préconisé le respect et la dignité des travailleurs domestiques migrants.

Martina Liebsch. Director of Politicy à Caritas Internationalis, a déclaré : «Les travailleurs domestiques sont mal traités, bien que leur travail soit proche de la vie familiale, dans des maisons et qu’ils soient confiés la garde des enfants ou des personnes âgées. Au lieu d’un tel traitement, ils méritent notre respect.

« La Convention sur les travailleurs domestiques profitera à la vie de millions de personnes dans le monde entier. Enfin, les gouvernements ont reconnu que les travailleurs domestiques ont les mêmes droits du travail dont jouissent tout le monde. C’est un jalon important de briser le préjudice auquel ils sont confrontés chaque jour, particulièrement les travailleurs domestiques migrants.

« Caritas assurera le suivi sur la ratification et la mise en œuvre de la convention. Nous avons besoin de voir ces mots se matérialiser dans les bonnes pratiques, offrant des conditions de travail décentes et de protection efficace contre les abus et l’exploitation. »

Caritas met en évidence l’inclusion de l’accès à un mécanisme de plainte pour les travailleurs domestiques et de leur droit à la négociation collective et de la liberté d’association comme des éléments clés du traité.

Caritas explique que cette disposition sur le mécanisme de plainte serait plus fortes si les travailleurs domestiques migrants avaient la possibilité de demeurer dans le pays d’emploi alors que leur plainte est en train d’être traitée.

Un autre point fort de la convention est la présence de mesures visant à prévenir les abus et l’exploitation par les agences de recrutement privés, y compris la coopération par-delà les frontières nationales entre les États membres de l’OIT. Caritas avait appelé pour le contrôle des agences de recrutement, dont certains font leurs profits par tricherie au dépens des travailleurs domestiques et en demandant des frais élevés pour des placements de travail. En raison de cette pratique, des travailleurs migrants sont endettés avant même qu’ils aient pris leur emploi dans un pays étranger.

L’OIT soutient que selon des statistiques nationales, il y avait 52,6 millions de travailleurs domestiques l’an dernier, mais elle est d’avis qu’un chiffre plus réaliste serait plus proche de 100 millions de personnes.

De nombreux travailleurs domestiques, notamment les migrants, souffrent des conditions de travail non réglementées, de l’exploitation, des abus et de la traite. Ils n’ont pas les moyens de se défendre dans de nombreux pays où les lois réglementant le travail domestique sont inadéquates.

La Convention sur les travailleurs domestiques entrera en vigueur lors de la ratification par deux pays seulement. Les pays peuvent choisir ne pas signer, mais Caritas croit que la convention donnera aux militants une norme pour persuader les gouvernements à la ratifier.

(Source : Caritas Internationalis)

Sudan bishop urges immediate end to conflict in Sudan

June 16, 2011

15 June 2011

(Version française)

Over 60 000 people have been forced from their homes by fighting in South Kordofan, in the border region between north Sudan and soon to be formed Republic of South Sudan. Caritas fears a humanitarian crisis is rapidly developing due to the conflict and a lack of access to the affected population by the humanitarian community.

Coadjutor Bishop Michael Didi Adgum Mangoria of El Obeid, whose diocese covers the worst hit areas, says people have been fleeing from the fighting, trying to escape the conflict if they can.

Bishop Didi said, “The war must end immediately. There is great suffering among the people. The international community must do all it can to support a return to a negotiated peace settlement.”

More than 70 percent of the population of Kadugli has fled as the city has become engulfed in heavy fighting including aerial bombardment. Over 27,000 people from Kadugli have fled to Kauda, but aerial bombardment has been reported there too. An unknown number of people are believed to be hiding in the Nuba Mountains. Families looking after displaced people are running out of food as commercial supplies are disrupted. The onset of the rainy season will make reaching people even more difficult.

The humanitarian community in Kadugli is confined to the compound of the UN Mission in Sudan (UNMIS) due to the security situation. They are unable to reach the affected communities.

Reports indicate that after spending several days in the open with little or no food or water, the health of those fleeing the conflict is deteriorating. Reports of sectarian violence against civilians are inhibiting people returning to their homes. Caritas calls on all sides to protect civilians and any abuses must be investigated and the perpetrators brought to justice.

Bishop Didi said, “People have been running for their lives from their homes in Kadugli. Some have gone to villages, some to the UNMIS compound, some have arrived at the Sudan Aid (Caritas partner in Sudan) compound in El Obeid and those with the means have gone to more secure place, even as far as Khartoum. People have left their homes with nothing. There is an urgent need for food, medicine and shelter.”

Bishop Didi made an impassioned plea for the prayers of all people of all religions. He said, “It is vital to provide humanitarian aid, but just as important, we need everyone to give Sudan their prayers for peace.”

South Sudan becomes independent from Sudan on 9 July 2011.

Caritas is promoting an international prayer campaign for Sudan and the future South Sudan.

(Source: Caritas Internationalis)

Un évêque du Soudan demande instamment la fin immédiate du conflit au Soudan

June 16, 2011

15 juin 2011

(English version)

Plus de 60 000 personnes ont été contraints de quitter leurs maisons en raison des combats dans le sud Kordofan, dans la région frontalière entre le Nord Soudan et la République du Sud-Soudan qui verra bientôt le jour. Caritas craint qu’une crise humanitaire se développe rapidement en raison du conflit et du manque d’accès par la communauté humanitaire à la population affectée.

L’évêque coadjuteur Michael Didi Adgum Mangoria d’El Obeid, don’ le diocèse s’étend sur les zones les plus touchées, dit que les personnes ont fui les combats, cherchant à s’échapper du conflit, dans la mesure du possible.

Mgr Didi a déclaré : « La guerre doit cesser immédiatement. Il y a beaucoup de souffrances parmi la population. La communauté internationale doit faire tout son possible pour soutenir un retour à un accord de paix négocié. »

Plus de 70 pour cent de la population de Kadugli ont fui car la ville est devenue le théâtre de violents combats, notamment des bombardements aériens. Plus de 27 000 personnes de Kadugli se sont déplacées vers Kauda, mais des bombardements aériens ont aussi été signalés là-bas. Un nombre inconnu de personnes est censé être caché dans les montagnes du Nouba. Les familles qui s’occupent des personnes déplacées manquent de nourriture car les fournitures commerciales sont perturbées. Avec le début de la saison des pluies, il sera encore plus difficile d’atteindre les personnes.

La communauté humanitaire dans Kadugli est confinée à l’enceinte de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) en raison de la situation sécuritaire. Ils sont incapables d’atteindre les communautés touchées.

Les rapports indiquent qu’après avoir passé plusieurs jours en plein air avec peu ou aucune nourriture ou eau, la santé des personnes fuyant le conflit se dégrade. Des rapports de violence sectaire contre des civils découragent les personnes qui reviennent dans leurs foyers. Caritas fait un appel à toutes les parties pour qu’elles protègent les civils et que tout abus soit étudié et leurs auteurs traduits en justice.

Mgr Didi a ajouté : « Les personnes ont couru de leur domicile à Kadugli pour sauver leur vie. Certains sont allés aux villages, certains à l’enceinte de la MINUS, certains sont arrivés dans l’enceinte de Sudan Aid (le partenaire de Caritas au Soudan) à El Obeid et ceux ayant les moyens sont allés à un endroit plus sécurisé, même aussi loin que Khartoum. Les personnes ont quitté leur maison en emportant rien. Il y a un besoin urgent pour de la nourriture, pour des médicaments et des logements. »

Mgr Didi a fait un plaidoyer passionné pour les prières de toutes les personnes et de toutes les religions. Il a dit : « Il est essentiel de fournir de l’aide humanitaire, mais tout aussi important, nous avons besoin que tous puissent offrir des prières pour que la paix règne au Soudan. »

Le sud du Soudan deviendra indépendant du Soudan le 9 juillet 2011.

Caritas lance une campagne internationale de prière pour le Soudan et l’avenir du Sud-Soudan.

(Source : Caritas Internationalis)

Press Statement at the Official Launch of Civil Society Election Coalition 2011 (CSEC) – Zambia

June 16, 2011

15 June, 2011, Cresta Golfview Hotel, Lusaka

Delivered by the Coalition Chairperson on behalf of CSEC

(Version française)

Distinguished invited Guests
Members of the Press

I wish to thank you all for coming to this press briefing.

It is my honour and privilege to read out this official launch statement on behalf of the Civil Society Election Coalition 2011 (CSEC).

Civil Society Election Coalition 2011 (CSEC) is a new coalition formed by Zambian civil society and faith based organizations that have come together to monitor the forthcoming 2011 tripartite elections in Zambia. The decision to form the coalition is inspired by the need to contribute to the promotion of democracy in the country as guaranteed by the Zambian laws.

The 1996 Zambia constitution, under Article 113(d) provides for citizens to promote democracy and rule of Law in Section 75 (1) of the 2006 Electoral Act entitles citizens to monitor elections.

At inception today, the coalition comprises eight (8) organizations, namely:
– Anti Voter Apathy Project (AVAP);
– Caritas Zambia;
– Foundation for Democratic Process (FODEP);
– Operation Young Vote (OYV);
– Southern African Centre for Constructive Resolution of Disputes (SACCORD);
– Transparency International Zambia (TIZ);
– Young Women in Action (YWA); and
– Zambia National Womens Lobby (ZNWL).

CSEC 2011 is committed to work and collaborate with other local organizations currently not in the coalition and other stakeholders. We have all taken a pledge today to conduct our activities in a neutral and non-partisan manner in our endeavour to promote and protect citizens’ participation in the forthcoming 2011 elections.

The members of the coalition are united and inspired by their desire to see a democratic Zambia. Our mission is to promote free and fair elections in Zambia through monitoring all stages of the 2011 electoral process, and we seek to achieve the following objectives:
– To encourage pro-active and peaceful citizen participation in Zambia’s electoral and democratic processes;
– To provide a neutral and non-partisan account and evaluation of the quality and character of the electoral process;
– To support efforts to improve the electoral process consistent with Zambian electoral laws as well as international and regional standards;

CSEC 2011 will train and deploy over 9 400 monitors to all the 6 456 polling stations in the country to monitor the campaigns, nominations, polling and results management process and media monitoring.

The members of CSEC 2011 are united in the belief that all eligible Zambian citizens should be guaranteed their right to vote in an environment of peace and security. The coalition will seek to promote transparency and accountability in the electoral process, encourage citizen participation in the exercising their right to vote, and help to ensure that the outcomes of Zambia’s tripartite elections accurately reflect the will of the voters.

As we endeavour to undertake this election monitoring, we look forward to a closer cooperation with all the electoral stakeholders including the government, the police, political parties and candidates, civil society organizations, the media and the citizens in ensuring a level playing field for credible elections.

We look forward to working with the ECZ and its various offices across the country to obtain accreditation for CSEC 2011 monitors. CSEC 2011 will further encourage constructive dialogue and mutual respect among all stakeholders.

Finally, CSEC2011 would like to reiterate that we are a non-partisan and neutral coalition and we are not scheming to announce and declare any candidate or political party as winner of the 2011 elections as falsely alleged in today’s Zambia Daily Mail newspaper. As a coalition, we are resolved and united to work as a team.

I thank you all

(For Coalition Chairperson)

Communiqué de presse lors du lancement officiel de la Coalition d’élection de la société civile 2011 (CESC) – Zambie

June 16, 2011

15 juin 2011, Cresta Golfview Hotel, Lusaka
Prononcé par le président de la Coalition au nom de la CESC

(English version)

Distingués invités
Membres de la presse

Je tiens à vous remercier tous d’être venus à cette conférence de presse.

J’ai l’honneur et le privilège de lire cette déclaration de lancement officiel au nom de la Coalition d’élection de la société civile 2011 (CESC).

La Coalition d’élection de la société civile 2011 (CESC) est une nouvelle coalition formée par la société civile zambienne et des organisations confessionnelles qui se sont réunies pour surveiller les prochaines élections tripartite de 2011 en Zambie. La décision pour former la coalition est inspirée par la nécessité de contribuer à la promotion de la démocratie dans le pays, tel que garanti par les lois zambiennes.

La constitution de la Zambie de 1996, en vertu de l’Article 113(d), accorde aux citoyens de promouvoir la démocratie et l’Etat de Droit à l’article 75 (1) de la Loi électorale 2006 permet aux citoyens de faire le monitoring des élections.

A sa création aujourd’hui, la coalition comprend huit (8) organisations, à savoir :
– Le projet apathie anti-vote;
– La Caritas Zambie ;
– La Fondation pour le processus démocratique.
– L’Opération jeune Vote (OYV).
– Le Centre sud africain pour la resolution constructive des litiges ;
– Transparence International Zambie;
– Jeunes femmes en Action; et
– Le lobby national des femmes de la Zambie.

Le CESC 2011 s’engage à travailler et à collaborer avec d’autres organismes locaux qui ne sont pas présentement dans la coalition et avec d’autres intervenants. Nous avons tous pris l’engagement aujourd’hui de mener nos activités de manière neutre et impartiale dans nos efforts pour promouvoir et protéger la participation des citoyens aux prochaines élections de 2011.

Les membres de la coalition sont unis et inspirés par leur désir de voir une Zambie démocratique. Notre mission est de promouvoir des élections libres et équitables en Zambie grâce à la surveillance de toutes les étapes du processus électoral 2011, et nous cherchons à atteindre les objectifs suivants :
– Encourager la participation proactive et pacifique des citoyens dans le processus électoral et démocratique de la Zambie ;
– Proposer un compte-rendu et une évaluation neutre et non partisan de la qualité et du caractère du processus électoral ;
– Soutenir les efforts visant à améliorer le processus électoral conforme aux lois électorales zambiennes ainsi qu’aux normes internationales et régionales ;

Le CESC 2011 formera et déploiera plus de 9 400 équipes de monitoring dans tous les 6 456 bureaux de vote du pays pour contrôler les campagnes, les nominations, les bureaux de vote et les résultats des processus de gestion et de surveillance des médias.

Les membres du CESC 2011 ont tous la conviction que tous les citoyens zambiens éligibles doivent avoir la garantie qu’ils soient capables d’exercer leur droit de vote dans un environnement de paix et de sécurité. La coalition s’efforcera de promouvoir la transparence et la responsabilité dans le processus électoral, d’encourager la participation des citoyens dans l’exercice de leur droit de vote et contribuer à assurer que les résultats des élections tripartites de la Zambie reflètent fidèlement la volonté des électeurs.

Alors que nous nous efforçons d’entreprendre cette observation des élections, nous nous attendons à une coopération plus étroite avec toutes les parties prenantes du processus électoral, y compris le gouvernement, la police, les partis politiques et les candidats, les organisations de la société civile, les médias et les citoyens afin d’assurer les règles du jeu équitables pour des élections crédibles.

Nous avons hâte de travailler avec la Commission électorale de Zambie et ses divers bureaux à travers le pays pour obtenir l’accréditation pour les observateurs de la CESC 2011. La CESC 2011 encouragera en outre un dialogue constructif et le respect mutuel entre toutes les parties prenantes.

Enfin, la CSEC 2011 tiens à réaffirmer que nous sommes un organisme non partisan et une coalition neutre et qu’il n’y a pas de connivence de notre part pour annoncer et déclarer tout candidat ou parti politique comme vainqueur des élections 2011 comme faussement allégué par le Zambia Daily Mail d’aujourd’hui. En tant qu’ne coalition, nous sommes résolus et unies afin de travailler en équipe.

Merci à tous.

(Pour le président de la Coalition)