Le Mali : 2012 Année des plus grands dangers

Le Mali présente aujourd’hui un paysage très sombre, caractérisé par :
– L’occupation des deux tiers de son territoire ;
– Une crise institutionnelle et une transition difficile ;
– L’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel ;
– Les menaces d’une invasion acridienne ;
– La crise économique ; et
– Les effets de la guerre de reconquête du Nord du Mali en perspective.

1. L’OCCUPATION DES DEUX TIERS DE SON TERRITOIRE :

Le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), mouvement indépendantiste a déclaré le 17 janvier 2012 la guerre dans les trois régions du Nord du Mali (Kidal, Gao et Tombouctou), pour proclamer l’indépendance du Nord. Cette rébellion qui est loin de s’apaiser est en train de prendre une tournure imprévisible pour les raisons suivantes :
– Le pays est actuellement divisé en deux. Et les deux tiers au septentrion sont occupés par des mouvements djihadistes et indépendantistes
– Le mouvement Ansar-Dine veut instaurer de façon radicale la Charia ; la loi islamique selon les préceptes du Saint Coran, au Mali, un pays laïc et démocratique.
– Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), cette autre branche terroriste est bien connue à travers le monde pour le désastre et la désolation qu’il a bien pu causer en occident, aux Etats Unis, en Asie (Pakistan, Afghanistan, Yemen), et en Afrique (Somalie, le Nigeria). Ses alliés et ses bras armés sont le MUJUAO, les Boko Haram , et Ansar-Dine,
– La reconquête du Nord.

La guerre de reconquête du Nord qui se dessine à l’horizon est également un autre malheur qui s’abat sur le pays. Combien de temps va durer cette guerre ?, Quelles peuvent être la durée, le coût humain matériel et financier ?

2. UNE CRISE INSTITUTIONNELLE ET UNE TRANSITION DIFFICILE.

Il n’y a d’entente entre les différents acteurs de la vie politique et de la société civile sur la question de gouvernance. Des débats stériles de leadership, le manque d’orientation clairement affichée, des agitations sans fondements, une division affichée au sein de la classe politique, constituent un obstacle pour un pays réconcilié avec lui-même. L’incertitude plane à Bamako et sans un gouvernement autonome pour s’assumer de la gestion des affaires publiques la récupération des territoires occupés n’est pas à l’ordre du jour.

3. L’INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE

La crise alimentaire et nutritionnelle qui s’est installée au Mali trois mois seulement après la campagne agricole 2011-202 est en train de s’intensifier et menace dangereusement la vie des maliens. Cette situation aggravée avec la crise institutionnelle et sécuritaire occasionne de nombreux déplacements à l’intérieur du pays et dans les pays limitrophes du Mali.qui abritent les réfugiés.

D’autres facteurs comme la cherté de la vie, le dysfonctionnement des entreprises entrainant le licenciement massif du personnel et les délestages électriques compliquent cette situation déjà désastreuse.

4. L’INVASION ACRIDIENNE, UNE MENACE A CRAINDRE

Comme un malheur ne vient pas seul, dit-on, l’évolution rapide des essaims de criquets pèlerins en provenance de la Libye, de l’Algérie va menacer les espoirs des paysans déjà suffisamment éprouvés par la crise sociopolitique et l’occupation des deux tiers du territoire malien.

5. LA CRISE ECONOMIQUE

La conjugaison des différentes crises (crises politique au Nord, Institutionnelle à Bamako, alimentaire, acridienne) va plonger pendant un temps relativement long que nous ne saurons ici déterminer (un an, voire plus), le Mali et sa population dans une crise économique généralisée où la guerre sera privilégiée au détriment des différents secteurs. Les indicateurs sont déjà sombres :
– La faillite des petites, moyennes et grandes entreprises dans différents secteurs (hôtellerie, tourisme, banques, etc.) ;
la baisse drastique des activités des organisations non gouvernementales,
– L’augmentation du taux de chômage.

6. LES EFFETS DE LA GUERRE DE RECONQUETE DU NORD DU MALI EN PERSPECTIVE.

Pour éviter une contamination de la crise dans tout le sahel et en Afrique, les institutions nationales et internationales sont favorables à une opération d’envergure pour la reconquête du Nord et l’intégrité territoriale du Mali.

Cette solution militaire, bien que efficace pour ramener la paix définitive au Nord du Mali, ne va pas, non plus sans conséquences sociales, économiques, écologiques, politiques, culturelles, religieuses. Comme cité plus haut, les conséquences seront de toute façon dramatiques.

CONCLUSION :

L’analyse succincte que nous en faisons de la situation actuelle du Mali, nous amène à dire que le Mali va continuer à vivre des moments encore plus difficiles. Il aura nécessairement besoin de la solidarité nationale et internationale pour retrouver son image d’antan en matière de démocratie, de paix et de la stabilité politique.

Théodore TOGO

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: