Archive for July, 2015

Félicitations à la Plateforme de Paix interreligieuse de Centrafrique

July 11, 2015

Mgr Dieudonné Nzapalainga et l’Imam Oumar Kobine Layama

Le Président de Caritas Centrafrique, Mgr Dieudonné Nzapalainga, et l’Imam Oumar Kobine Layama seront recompensés en tant que fondateurs de la Plateforme de Paix interreligieuse de Centrafrique. Ils recevront, en compagnie de leur collègue, le Pasteur Nicolas Guérékoyamémé-Gbangou le Prix Sergio Vieira de Mello.

Photo : Elodie Perriot/Secours Catholique.

Advertisements

Congratulations to the Central Africa Interfaith Peace Platform

July 11, 2015

Archbishop Dieudonné Nzapalainga, and Imam Oumar Kobine Layama.

Caritas Central Africa President, Archbishop Dieudonné Nzapalainga, and Imam Oumar Kobine Layama were chosen for the Sergio Vieira de Mello Award as founders of the Interfaith Peace Platform in the Central African Republic. They will receive the award along with their colleague Pastor Nicolas Guérékoyamémé-Gbangou.

Photo by Elodie Perriot/Secours Catholique.

Cardinal Luis Antonio Tagle, President, Caritas Internationalis

July 10, 2015

Cardinal Luis Antonio Tagle, Caritas Internationalis new President (elected May 2015) introduces Caritas Internationalis in his TV programme “The Word Exposed” produced by Jescom, the media arm of the Society of Jesus – Philippine Province http://www.jescom.ph.

Financing for Development in Addis Ababa: a crucial step for our future

July 10, 2015
Card Tagle

Cardinal Luis Antonio TAGLE, President, Caritas Internationalis.

The Financing for Development Conference in Addis Ababa in July is the first of three important high-level international meetings that will mark 2015. It will determine the international community’s level of financial commitment (reforms and resources) to combat poverty and inequality over the next 15 years.

It will be followed by adoption of the Post–2015 Development Agenda (including 17 Sustainable Development Goals) in New York in September 2015 and the 21st Session of the Conference of the Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change (COP 21) in Paris in December 2015.

During these meetings, heads of state will have to show their determination to decide the future of our planet and put in place the three pillars of sustainable development: social, economic and environmental.

The ambition that world leaders will show at the Conference on Financing for Development is therefore vital for the success of the subsequent meetings. Without adequate resources for financing for development, the impact of the SDGs and possible agreement in Paris will be limited. Failure in Addis Ababa risks harming the international community’s political will ahead of the other key deadlines in 2015.

Do the world’s states really wish to make the economy and finance serve the full development of all of us and conservation of our natural resources? Will they allow all countries to participate in economic and financial decisions?

Or will states let private actors, who are more concerned about their short-term profits than the common good, to strengthen their grip on the world’s social and economic choices? Will the restricted enclaves reserved for the most powerful be favoured in deciding the fate of the entire world and its future?

Government representatives should go beyond national selfishness and short-term interests if they want to reach a satisfactory agreement to respect the dignity and participation of all states, especially the most fragile ones, and not endanger the discussions on sustainable development and the climate change.

In the preparatory documents, the gap is currently huge between the objectives aimed at (a transformative agenda, a changed economic and social model,…) and the solutions proposed (increased room for large companies, international rules defined by the most powerful countries,…).

On the one hand, the rich countries (mostly OECD members) want to appeal to the private sector on a massive scale to finance this agenda via incentives, and favour restricted decision-making spaces they themselves control (OECD, G20, international financial institutions,…) rather than more inclusive spaces (UN).

For example, they currently reject the idea that international tax regulations may be discussed and decided on within a UN framework, preferring the OECD from which the majority of countries are excluded. They therefore cannot assert their needs and expectations in order to be able to adequately mobilise their resources and effectively combat tax evasion. This is also the case with debt problems, an issue currently being dealt with by the Paris Club, which only brings together creditor countries.

For their part, the developing countries (primarily G77 members and China, amounting to 134 countries), supported by civil society organisations, are demanding more inclusive mechanisms within UN frameworks regarding global economic and financial governance.

Countries who want to attract investment will be reluctant  to put in place measures to guarantee respect of rights and the environment. Yet it is necessary to ensure that large companies, driven by their quest for large and quick profits, are compelled to respect social, cultural, environmental and fiscal norms to guarantee a real contribution to sustainable development.

There is a concern that the facilities granted to the private sector may lead to an economy dominated by finance with appalling consequences for countries whose banking supervision systems are still fragile. It is finance that should seek to serve achievement of the common good and not the other way round.

Debates clearly reflect the wish of rich countries to merge the Financing for Development policy with the wider Post-2015 Development Agenda. However, this political space centred on financing for Development is currently the only one that enables discussion of the global economic and financial architecture by bringing together the world’s states and stakeholders (the UN, international finance institutions,  the private sector, civil society).

Relegating this political process to the rank of sub-section of the Post-2015 Development Agenda amounts to making it gradually disappear to the benefit of not very inclusive frameworks such as the G20, the OECD and IFIs (the IMF and the World Bank).

Caritas Internationalis attaches great importance to the success of this conference at which states should commit themselves to financing the development of poor countries and putting in place fair and inclusive international rules that would enable equitable allocation of resources and prevent the unbridled activities of the private sector and speculative markets from having negative impacts on populations, primarily the most vulnerable ones, and the environment.

 

Cardinal Luis Antonio Tagle

President of Caritas Internationalis

Financement du Développement à Addis-Abeba : étape cruciale pour notre futur

July 10, 2015
Card Tagle

Cardinal Luis Antonio TAGLE, Président de Caritas Internationalis.

La conférence d’Addis-Abeba sur le Financement du Développement en juillet est la première des trois grandes rencontres internationales de haut niveau qui marqueront 2015. Elle déterminera le niveau d’engagement financier (réformes et moyens) de la communauté internationale pour lutter contre la pauvreté et les inégalités dans les 15 années à venir.

Suivront l’adoption de l’agenda Post -2015 pour le développement durable (dont les 17 Objectifs du Développement Durable) à New York en septembre 2015 et la 21e Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP 21) pour le Climat à Paris en décembre 2015.

Lors de ces trois rencontres, les chefs d’Etat devront faire preuve de détermination pour décider du futur de notre planète et mettre en place les trois piliers du développement durable : social, économique et environnemental.

L’ambition qu’afficheront les dirigeants du monde lors de la conférence pour le Financement du Développement est donc cruciale pour la réussite de ces conférences. En effet, sans moyens adéquats pour le financement du développement, l’impact des ODD et d’un possible accord de Paris ne pourra être conséquent. De plus un échec à Addis Abeba risquerait d’entamer la volonté politique de la communauté internationale, avant les autres échéances majeures de 2015.

Les Etats du monde entier souhaiteront-ils remettre réellement l’économie et la finance au service de l’épanouissement de chacun et de la préservation de nos ressources naturelles ? Permettront-ils permettre à chaque pays de pouvoir participer aux décisions économiques et financières ?

Ou les Etats laisseront-ils des acteurs privés, plus soucieux de leurs profits à court terme que du bien commun, renforcer leur emprise sur les choix sociaux et économiques du monde ? Les enceintes restreintes réservées aux plus puissants seront-elles privilégiées pour décider du sort du monde entier et de son futur ?

Les représentants gouvernementaux se doivent de dépasser les intérêts nationaux et les gains de court terme s’ils souhaitent parvenir à un accord satisfaisant pour respecter la dignité et la participation de tous les  Etats, notamment les plus fragiles, et ne pas mettre en péril les discussions sur le développement durable et le climat.

L’écart est actuellement gigantesque entre les objectifs recherchés (agenda transformatif, changement de modèle économique et social,…) et les solutions proposées (place accrue des grandes entreprises, règles internationales toujours définies par les pays les plus puissants,…) dans les documents préparatoires.

D’un côté, les pays riches (pour la plupart membres de l’OCDE) souhaitent faire appel massivement au secteur privé pour financer cet agenda par des incitations et un environnement favorable aux affaires et privilégient les espaces de décision restreints et contrôlés par eux-mêmes (OCDE, G20, institutions financières internationales,…) plutôt que les espaces plus inclusifs (ONU).

Ils refusent par exemple pour l’instant que les règles fiscales internationales puissent être discutées et décidées dans un cadre onusien, préférant l’OCDE dont sont exclus la majorité des pays. Ces derniers ne peuvent donc pas y faire valoir leurs besoins et leurs attentes pour pouvoir mobiliser correctement leurs propres ressources et lutter efficacement contre l’évasion fiscale. C’est aussi le cas des problèmes de dettes, enjeu actuellement traité par le Club de Paris qui ne regroupe que les pays créanciers.

De leur côté, les pays en développement (en général membres du G77 et Chine, soit 134 pays), soutenus en cela par les organisations de société civile demandent des mécanismes plus inclusifs dans des cadres onusiens en ce qui concerne la gouvernance économique et financière mondiale .

Certains de ces pays semblent trop conciliants pour attirer les investissements et/ou peu soucieux de mettre en place des mesures garantissant le respect des droits et de l’environnement. Or il convient de veiller à ce que les grandes entreprises, guidés par la recherche de profits élevés et rapides, soient contraintes de respecter les normes sociales, culturelles, environnementales et fiscales pour assurer une réelle contribution au développement durable.

De plus, on peut craindre que ces facilités accordées au secteur privé engendrent une financiarisation excessive de l’économie avec des conséquences effroyables pour des pays dont les systèmes de supervision bancaire restent fragiles. C’est à la finance de se mettre au service de la réalisation du bien commun et non l’inverse !

Les débats font en outre clairement apparaitre la volonté des pays riches de fondre le processus politique du Financement du Développement dans celui plus large de l’agenda Post 2015 pour le Développement Durable. Or cet espace politique centré sur le Financement du Développement est actuellement le seul au monde permettant de discuter de l’architecture économique et financière globale en regroupant l’ensemble des Etats de la planète et les parties prenantes (agences onusiennes et financières, secteur privé, société civile).

Reléguer ce processus politique au rang de sous partie de l’agenda Post 2015 revient à le faire disparaitre progressivement au profit des cadres très peu inclusifs que sont le G20, l’OCDE ou les IFIs (FMI et Banque Mondiale).

Caritas Internationalis attache une grande importance à la réussite de cette Conférence où les Etats doivent s’engager à financer le développement des pays pauvres et à mettre en place des règles internationales inclusives et équitables, permettant une allocation équitable des ressources et évitant que les activités débridées du secteur privé et des marchés spéculatifs aient des impacts négatifs sur les populations, notamment les plus vulnérables, et sur l’environnement.

 

Cardinal Luis Antonio Tagle

Président de Caritas Internationalis