Posts Tagged ‘aide humanitaire’

Caritas launches Kenya emergency appeal

August 12, 2011

Caritas is appealing for 4 million euro (US$5.6 million) to help Kenya during its most severe drought in 60 years.

Over 3.6 million people are in need of emergency assistance but this could rise to 5 million as the situation worsens. Caritas will provide food and water and will also help farmers improve their crops and boost their livestock.

Alistair Dutton, Caritas Internationalis humanitarian director recently returned from a trip to Kenya and Ethiopia. He said, “People are very concerned about where they are going to get food and water from and also how they are going to provide water for their livestock. Short of migration, they have very limited options.”

Caritas will support 30 420 households in the 14 most affected dioceses of Kenya in its the eight- month emergency programme. This will include providing many households with two meals a day, 7.5 litres of safe water per person per day and nutritional help for the vulnerable and chronically ill.

Further measures include giving 13 700 resource-poor farmers drought-tolerant seeds for planting during the 2011 short rains in October and November and replenishing livestock for over 1,300 households. Caritas will also improve water harvesting and storage through the provision of tanks and assisting in the running of boreholes.

The overall drought situation in East Africa is at a desperate level with over 13 million people affected. Drought-hit countries include Kenya, Ethiopia, Somalia, Djibouti and Uganda. Last month the UN declared famine conditions in parts of Somalia.

“Somalia is the worst-affected country as there are no systems in place to help people whatsoever. The harvest failed and there is no State serving the people,” said Alistair Dutton.

Dutton says that one reason for the repeated droughts is because the counties have no way of retaining water when it does rain. Caritas focuses its long-term projects on initiatives that will help communities conserve and use water better such as ponds, boreholes and more efficient agricultural practices.

Advertisements

Rencontre des dirigeants d’organisations basées sur la Foi et le Développement – Accra, Ghana – 1-2 juillet 2009

July 13, 2009

English version: click here

A l’invitation de la Banque Mondiale, j’ai participé les 1er et 2 juillet 2009 à Accra au Ghana, à une rencontre de haut niveau des chefs religieux sur la prestation de service, la pauvreté et le développement. La rencontre, conjointement organisée par le Development Dialogue on Values and Ethics de la Banque Mondiale et le World Faiths Development Dialogue, a été financée par la Banque Mondiale et le Département pour le Développement International du Royaume-Uni (DFID). La rencontre était un suivi des quatre précédentes rencontres tenues au palais de Lambeth à Londres en Angleterre en 1998, 1999, et 2002, et récemment à Dublin en Irlande en 2005. Les précédentes rencontres ont rassemblé plusieurs leaders de différentes confessions religieuses, et ont suscité la volonté d’avoir une meilleure coordination entre les Communautés à vocation religieuse pour le développement des communautés de base, les échanges de pratiques, et déterminer le plaidoyer pour une politique de développement efficace et une augmentation des investissements dans le développement. Une conclusion principale de la réunion de 2005 à Dublin était que la prochaine étape du dialogue devrait « aller résolument de l’avant vers une définition pratique et meilleure pour la collaboration entre la Foi et le Développement. »

IMG_2027 cropped and compressed

La réunion d’Accra a été co-présidée par Graeme Wheeler, Directeur Général de la Banque Mondiale et Lord Carey de Clifton, ancien Archevêque de Canterbury. Il y avait environ 80 participants parmi lesquels des leaders religieux, des directeurs d’organisations à vocation religieuse fournissant des aides aux pauvres, des fonctionnaires de l’Etat, des représentants des donateurs et des organisations multilatérales de développement, des fondations, et des représentants d’importantes organisations interconfessionnelles. L’un des points discutés lors de la rencontre était l’Afrique, notamment les Etats à risques où les besoins de développement sont les plus cruciaux et où les réseaux et les organisations à vocation religieuse sont plus actifs dans la prestation de service. Les représentants des communautés chrétiennes, musulmanes et juives ont activement participé aux discussions dans une atmosphère cordiale et ouverte favorisant la confiance mutuelle et la compréhension. Parmi les participants étaient SE Théodore Cardinal McCarrick, Archevêque Emérite de Washington et membre du Conseil de Catholic Relief Services, SE Mgr Diarmuid Martin, Archevêque de Dublin, ancien secrétaire du Conseil Pontifical Justice et Paix, le Père Pol Feyen, un prêtre de la congrégation Don Bosco, très actif dans l’assistance aux nombreux enfants de rue à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, et beaucoup d’autres personnalités venant de diverses organisations religieuses.

La réunion d’Accra a eu trois objectifs principaux : examiner l’étendue et la riche expérience des réseaux et des organisations à vocation religieuse sur le terrain en mettant en application des programmes et des politiques de développement ; discuter le rôle des chefs religieux en tant que défenseurs des questions stratégiques de développement aux niveaux régionaux et globaux, avec un accent sur la façon d’améliorer les programmes et les politiques de développement ; et identifier des manières claires pour améliorer le travail analytique, le développement des capacités, et la politique de dialogue comportant la Foi et le Développement, particulièrement pour l’assistance dans l’éducation, la santé et la protection sociale.

Les participants ont pu acquérir beaucoup d’informations des travaux et des études de cas établies avant la rencontre. Ils ont pu, par conséquent, avoir des discussions bien informées sur les rôles joués par les réseaux et les organisations à vocation religieuse dans des programmes et des politiques de développement. Il était très encourageant de noter que les participants, bien que venant d’horizons très différents, étaient capables de parvenir à une compréhension commune des divers rôles, des pratiques et des politiques, particulièrement concernant les rapports avec les partenaires tels que les gouvernements et les donateurs, et les étapes possibles pour augmenter et mieux documenter l’impact de leur travail.

De ces discussions, il est clair que les organisations à vocation religieuse sont généralement identifiées pour la qualité du service qu’elles fournissent. Ceci est dû à l’engagement de ceux qui travaillent pour ces organisations de même qu’à l’approche professionnelle qu’elles adoptent pour assurer l’efficacité de leur travail. Les travailleurs sociaux de ces organisations obéissent à un ensemble de valeurs et d’éthique qui augmente la dignité humaine.

Lors des sessions plénières, aussi bien que des conversations informelles avec d’autres participants, j’ai pu expliquer le travail de Caritas en Afrique et partager les idées sur plusieurs des questions avec lesquelles nous sommes tous confrontés. Etant donné la diversité des participants à la rencontre, c’était l’occasion de saisir les nombreuses opportunités pour le travail en réseau et j’ai pu établir un certain nombre de contacts qui pourraient être très utiles à l’avenir.

À la fin de la réunion, tous ont convenu qu’il est impératif d’avancer avec quelques initiatives pratiques et concrètes, en particulier, trouver des moyens pour travailler ensemble de sorte que l’on puisse développer des synergies qui amélioreraient le travail effectué pour les groupes les plus vulnérables de la société en s’assurant que des valeurs et des principes essentiels communs soient adoptés par tous les réseaux et organisations à vocation religieuse (FINO).

Katherine Marshall, Directeur de World Faiths Development Dialogue, et Quentin Wodon, Conseiller, Development Dialogue on Values and Ethics de la Banque Mondiale, ont donné l’assurance qu’ils veilleront à ce qu’il y ait un suivi concret des discussions et des délibérations qui ont eu lieu au cours de la rencontre de deux jours. Tous se sont sentis concernés pour améliorer leur prestation de service, pour accroître leurs campagnes de plaidoyer, pour chercher des partenariats et pour collaborer avec les gouvernements, les entreprises, la société civile et les ONG, y compris les FINO. Graeme Wheeler a été très positif en insistant sur la possibilité pour que la Banque Mondiale puisse aider les FINO. Le rôle joué par de telles organisations doit être mieux connu et elles peuvent influencer les décideurs de sorte que la situation difficile des groupes les plus vulnérables de la société soit effectivement et sensiblement réduite.

SE Théodore Cardinal McCarrick a donné une recette simple mais efficace qui peut considérablement aider les uns et les autres à travailler ensemble. Il a expliqué les cinq étapes à observer : les personnes doivent d’abord se parler, puis se dire des choses les uns aux autres de sorte que nous puissions tous nous comprendre, puis nous apprécier les uns les autres avant que nous puissions travailler ensemble. La rencontre d’Accra a fait un grand pas pour motiver les participants à mettre en pratique cette recette de cinq étapes, plus particulièrement après que Lord Carey ait rappelé en citant Edmond Burke, que « Personne n’a fait une plus grande erreur que celui qui n’a rien fait parce qu’il n’était capable que de peu de choses »

Jacques Dinan
Secrétaire Exécutif
Caritas Africa

5 juillet 2009

RDC : Caritas plaide pour la protection des populations et l’assistance humanitaire d’urgence

April 15, 2009

Cette famille approche la cité de Doruma, après avoir fuit son village, attaqué par des rebelles ougandais de la LRA (Ph. Caritas Congo, Janv. 09)

Cette famille approche la cité de Doruma, après avoir fuit son village, attaqué par des rebelles ougandais de la LRA (Ph. Caritas Congo, Janv. 09)

Kinshasa,le 07 avril 2009 (caritasaceac.org): Face à la situation humanitaire toujours critique à l’Est et au Nord-Est, le réseau Caritas de la République Démocratique du Congo invite le Gouvernement à assumer pleinement ses responsabilités notamment dans la protection des populations et l’encadrement des militaires. Les Directeurs et délégués des 47 Caritas diocésaines l’ont dit dans une déclaration rendue publique le jeudi 02 avril 2009 à Kinshasa. C’était à l’issue de l’atelier sur la revue des actvités et la présentation des perspectives d’avenir des relais, rapporte caritasdev.cd.

Lire la suite…

Lubero/Nord-Kivu : environ 20 000 ménages déplacés en détresse à Kanyabayonga, Kayna, Kirumba et Kikuvo

March 30, 2009

rdc270309a
Kanyabayonga, le 27 mars 2009 (caritasdev.cd): Plus de 19 194 ménagés déplacés sont actuellement sans secours dans plusieurs cités du sud Lubero, dans la Province du Nord-Kivu. Ces familles
fuient l’insécurité causée par les opérations militaires en cours contre les rebelles rwandais des Forces de Libération pour la Libération du Rwanda (FDLR). Elles viennent des localités de Miriki, Buleusa, Rusamambu, Busereka, Bwambali, Kanune, Bushalingwa, Kasiki, Kimaka, Mbughavinywa, Kanyatsi, Mbingi et les
villages environnants, rapporte caritasdev.cd.

La Caritas Butembo-Beni plaide alors pour une aide humanitaire d’urgence à cette population déjà meurtrie par les affres de la guerre. Elle recommande toutefois aux Autorités politico-administratives et militaires compétentes d’imposer une discipline rigoureuse aux éléments des Forces Armées de la République Démocratiques du Congo (FDLR), déployés dans la région pour une mission délicate de protection des populations congolaises.

Selon l’évaluation faite par les équipes de Caritas Butembo-Beni, 8 378 ménages ont été enregistrés dans la Cité de Kanyabayonga du 15 au 21 mars 2009. Le nombre des déplacés ne fait que croître, déplore un rapport daté du 24 mars dernier. Famine, maladies hydriques, hausse vertigineuse des prix des biens de première nécessité accompagne malheureusement ce mouvement des populations.

La plupart de ces déplacés viennent de Miriki, où plus de 160 maisons ont été brûlées, jetant ainsi sur la route la population de cette localité.

La Cité de Kayna oubliée

Par ailleurs, 2 115 ménages déplacés ont été dénombrés jusqu’au 16 mars 2009 à Kayna. Cette cité n’aurait pas bénéficié d’assistance humanitaire ces derniers mois, depuis la distribution des semences de haricot et de maïs par la Caritas Butembo-Beni du 21 au 22 août 2008. La population s’insurge contre les autorités administratives locales, les accusant d’être à la base de l’oubli dont elle serait l’objet. Hormis les déplacés, Kayna compte environ 7 000 ménages. De leur côté, les Autorités administratives de Kayna lancent un cri d’alarme aux Organismes humanitaires et aux personnes de bonne volonté de venir en aide à leurs administrés, à l’instar des localités environnantes.

Des déplacés en attente de l'aide de Caritas à Lubero-centre. (Ph. Caritas Congo – 3 Décembre 2008)

Des déplacés en attente de l'aide de Caritas à Lubero-centre. (Ph. Caritas Congo – 3 Décembre 2008)

En outre, 7 000 ménages déplacés sont signalés à Kirumba, 1 601 autres à Kikuvo. « Dans toutes ces cités (Kanyabayonga, Kayna, Kirumba), la population souffre et ne sait à quel Saint se vouer. Elle a urgemment besoin d’une assistance sur tous les plans : matériel, spirituel, psychologique, … La population ne cesse de se demander si la paix reviendra un jour dans cette partie du pays où les déplacés et les autochtones
sont tous devenus des vulnérables », conclut la note de plaidoyer de la Caritas Butembo-Beni, reprenant les propos des personnes déplacées.

Au-delà de la paix primordiale pour la reprise de leurs activités agricoles et d‘élevage, leurs besoins prioritaires s’expriment essentiellement en termes des bâches, couvertures, vivres et autres biens non alimentaires.

Ango/Province-Orientale : des milliers des déplacés vers Dakwa, après l’attaque de la LRA à Banda et Boeli

March 16, 2009

Bondo, le 16 mars 2009 (caritasdev.cd) : les rebelles ougandais de la LRA (Lord’s Resistance Army) ont perpétré une attaque dans la nuit de samedi à dimanche derniers dans la localité de Banda, situé à environ 500 km de Bondo, dans le Territoire de Ango, Diocèse de Bondo en Province Orientale. Le bilan provisoire fait état de plusieurs morts (dont un catéchiste de la communauté CBCN de l’Eglise protestante et un commerçant) et des blessés. Plus de 200 personnes ont été enlevées par les rebelles ougandais de la LRA pour aider au transport du butin.

Selon les premiers éléments d’informations recueillies par les structures de la Caritas diocésaine, cette attaque, déclenchée vers 4heures du matin, s’est soldée également par les pillages de plusieurs boutiques et magasins des commerçants ainsi que d’un Centre de santé d’une communauté locale de l’Eglise protestante CBCN. Pris de panique, plusieurs habitants ont décidé de fuir les localités attaquées : ceux de Banda se sont dirigés vers Dakwa et ceux de Boeli vers Amadi. Le Curé de la Paroisse catholique de Dakwa estime à plus de 2.000 personnes le nombre des déplacés déjà présents dans cette localité. Les femmes, enfants, vieillards et des familles nombreuses sont encore en route dépourvues de tout, signale Monsieur l’Abbé Liévin GALAKPIO, Secrétaire-chancelier de l’Evêque de Bondo.

Ces informations ont été confirmées par l’Evêque de Bondo, Monseigneur Etienne UNG’EYOWUN. Il plaide pour un retour rapide de la sécurité ainsi que de la population déplacée vers son milieu d’origine. Monseigneur Etienne UNG’EYOWUN insiste particulièrement sur l’assistance humanitaire pour que les sinistrés vivent en toute dignité.

Joint au téléphone par caritasdev.cd le lundi 16 mars 2009 en début d’après-midi, le Gouverneur de la Province-Orientale, Médard AUTSAI ASENGA, a confirmé cette attaque tout en indiquant que « toutes les dispositions sont prises pour y mettre un terme ».

Caritas-Développement Congo plaide pour la sécurisation des personnes ainsi que de leurs biens, et pour une assistance humanitaire d’urgence aux populations affectées par cette nième attaque des rebelles ougandais de l’Armée de la Résistance du Seigneur. Déjà la Caritas paroissiale de Dakwa accueille les familles déplacées qui arrivent et s’occupe de leur hébergement dans les locaux et salles des classes disponibles.

Pour rappel, ce dimanche 15 mars 2009 a eu lieu la cérémonie officielle du retrait des troupes ougandaises en opération conjointe de traque des rebelles ougandais de la LRA dans le district du Haut-Uélé en Province-Orientale avec les armées de la RDC et du Sud-Soudan.

Une délégation Evêques de la RDC en visite de solidarité aux Diocèses de Dungu-Doruma et Goma

March 13, 2009

Population en mouvement (Photo Caritas Congo)

Population en mouvement (Photo Caritas Congo)

Kinshasa, le 12 mars 2009 (caritasdev.cd) : Une délégation de la Conférence Episcopale Nationale du Congo entame ce vendredi 13 mars 2009 une visite de solidarité dans les Diocèses de Dungu-Doruma en Province-Orientale et Goma dans la Province du Nord-Kivu. Cette mission, prévue du 13 au 20 mars 2009, sera conduite par Monseigneur Joseph BANGA, l’Evêque de Buta et Vice-président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Elle vise à exprimer la solidarité de l’Eglise Catholique qui est en la République Démocratique du Congo (RDC) envers le Peuple de Dieu frappé par les conflits armés au Nord et à l’Est de la RDC, rapporte caritasdev.cd.

Lire la suite

Caritas désigne 2009 comme l’année pour les pauvres en Afrique

March 11, 2009

Les délégués de Caritas venant de diverses parties du monde ont discuté des défis auxquels doivent faire face les pauvres et les personnes vulnérables en Afrique.

Les délégués de Caritas venant de diverses parties du monde ont discuté des défis auxquels doivent faire face les pauvres et les personnes vulnérables en Afrique.

11 mars 2009. Les membres de Caritas venant de 22 pays africains ainsi que des représentants de Caritas de l’Asie, de l’Europe, du Moyen Orient, de l’Amérique du Nord et de l’Océanie se sont rencontrés à Nairobi du 4 au 6 mars 2009.

Le Pape Benoît XVI se rend en Afrique pour sa première visite pastoral en ce mois de mars. Puis, en octobre, les évêques se rencontrent à Rome pour le 2ème Synode pour l’Afrique à Rome.

Mgr Cyprian Kizito Lwanga, archevêque de Kampala et président de Caritas Africa a déclaré : « Les visites du Saint Père en Angola et Cameroun ainsi que le Synode sont de formidables opportunités pour célébrer le travail de l’Eglise en Afrique. Ce sera aussi l’occasion de réfléchir sur les défis que doivent relever les peuples d’Afrique, où, pour nombre d’entre eux, la pauvreté demeure un scandale inacceptable. Caritas est au cœur même de la réponse aux besoins des personnes les plus vulnérables en Afrique à travers son action lors des crises humanitaires, ainsi que pour le développement et l’édification de la paix. A Nairobi, nous avons discuté afin de voir comment nous pouvons mieux faire en ayant des normes communes, en partageant nos meilleures actions pratiques et les informations dont nous disposons, et en coordonnant nos efforts au niveau global au service des personnes vulnérables de la société. »

La secrétaire générale de Caritas Internationalis, Lesley-Anne Knight, a dit : » Avec la crise économique mondiale, plus de personnes vont être davantage pauvres. La crise va augmenter la pression sur notre travail car les sources de financement vont se faire de plus en plus rares. La crise offre aussi la possibilité de redéfinir le système économique globale en le faisant passer d’un système qui promeut les besoins des riches à un système qui promeut tous nos besoins, plus particulièrement ceux-là même qui ont été exclus dans le passé. »

Les délégués ont discuté des défis auxquels font face les pauvres et les personnes vulnérables en Afrique, plus particulièrement par rapport aux réponses aux urgences, à la crise économique mondiale, au changement climatique, à la migration et à l’édification de la paix.

A travers le monde, les catastrophes ont augmenté aussi bien en fréquence qu’en nombre des personnes affectées. La Somalie, le Soudan et la République Démocratique du Congo sont les pays ayant le plus souffert des crises humanitaires dans le monde. Les pauvres sont les plus affectés lors des catastrophes naturelles et lors des conflits. Répondre à leurs besoins est la priorité de l’action de Caritas.

Les participants au Forum de Nairobi ont déclaré qu’il est possible de sauver des vies en mettant en place des moyens efficaces pour réduire l’impact des catastrophes. Ces moyens comprennent la promotion des cultures résistantes à la sécheresse ou encore la mise en place de plans d’évacuation des communautés en cas d’inondation. Afin de pouvoir répondre aux crises humanitaires dans les plus brefs délais et à long terme, les membres de Caritas doivent agir de manière professionnelle, avec compassion, dans le respect du contexte national et de ses réalités, et, fondamentalement, doivent être capables de repondre aux besoins des pauvres. La pauvre guide l’action de Caritas.

Les crises et les niveaux élevés de pauvreté poussent de plus en plus de personnes à devenir des migrants. Caritas occupe une position unique, en tant que confédération internationale, pour soutenir les migrants et plaider pour leurs droits.

Le changement climatique est un facteur qui contribue au nombre croissant de catastrophes. Le plaidoyer pour des actions au niveau international, afin d’en réduire les causes et procurer des fonds aux pays en développement afin qu’ils puissent s’adapter à son impact, sera au centre des préoccupations de Caritas en Afrique.
6 mars 2009

« Lève-toi et marche »

February 21, 2009

couverture-mag-131Kinshasa, le 17 février 2009 (cari-tasdev.cd): le nu-méro 013 du Maga-zine « Lève-toi et marche » de la Caritas-Développe-ment Congo est actuellement dispo-nible en version électronique. Un document de 36 pages, couvrant l’ensemble du pays pour la période allant de Novembre 2008 à Janvier 2009, avec plusieurs points d’actualités de la première quinzaine de ce mois de Février 2009. A sa Une: “Crise de l’Est : lueur d’espoir » ? Son éditorial recommande de “capitaliser les avancées acquises”!

Veuillez cliquer ici pour le télécharger !

RD Congo/Kivu et Province-Orientale : les agences catholiques harmonisent leurs interventions humanitaires

February 17, 2009

Kinshasa, le 16 février 2009(caritasdev.cd) : Les agences catholiques présentes à Kinshasa, la Caritas-Développement Congo et la Commission Episcopale Justice et Paix viennent d’échanger sur l’évolution de la situation humanitaire à l’Est et au Nord-Est de la République Démocratique du Congo. C’était au cours de la réunion tenue le vendredi 13 février 2009 autour de la Caritas nationale, au Centre Interdiocésain à Kinshasa-Gombe, rapporte caritasdev.cd.

La rencontre a été présidée par le Directeur National de la Caritas-Développement Congo, Docteur Bruno MITEYO, en présence de Monsieur l’Abbé Pierre CIBAMBO, le Responsable du Service Afrique de la Confédération de la Caritas Internationalis basée à Rome…

Lire la suite