Posts Tagged ‘Rep. Dem. du Congo’

L’Allemagne octroie 400 000 Euros à Caritas Développement Congo pour aider 5 320 ménages retournés de Fizi

August 10, 2010

6 000 familles déplacées de la région de Lemera avaient déjà reçu de Caritas de l'aide financée par le Ministère Allemand des Afaires Etrangères (AA) et la Caritas Allemagne (DCV) en mai 2010 (Photo d'archives/Caritas Uvira)

Uvira, le 10 août 2010 (caritasdev.cd) : Répondant favorablement à une demande lui adressée en juin 2010 par Caritas-Développement Uvira, à travers la Caritas Allemagne (DCV), le Gouvernement Allemand vient d’octroyer 400 000 Euros d’aide aux populations du Sud-Kivu. Les bénéficiaires directs de ce projet sont 5 320 ménages retournés dans leurs villages après avoir fui les affrontements entre les Mayi-Mayi fidèles au Colonel YAKUTUMBA et les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) en avril 2010. Ce projet d’aide humanitaire d’urgence est donc cofinancé par le Gouvernement Allemand, qui alloue 360 000 EUR, et la Caritas Allemagne (DCV) qui contribue avec 40 000 EUR. Cette somme va servir essentiellement à l’achat des biens non alimentaires (ustensiles de cuisine, savon, literie) en faveur de ces populations pour améliorer leurs conditions de vie.

Chaque famille recevra ainsi 5 gobelets, 5 assiettes, 5 barres de savons de lessive de 200 grammes, 3 bassins en Plastics, 2 couvertures, 2 casseroles, 1 pagne (6 yards), 2 bidons vides de 20 litres.

Pour rappel, Fizi Centre et ses environs (axes Kananda – Bwala, Fizi – Misisi et Kananda-Kilicha) ont été le théâtre des affrontements entre Mai Mai Yakutumba et les FARDC au cours du mois d’avril 2010 derniers. Ces affrontements ont été à la base de la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire dans cette contrée avec toutes ses conséquences, notamment : déplacement forcé des populations, pillage de biens, d’infrastructures sociales, de récoltes et de petits bétails par les hommes en armes, exactions de tout genre contre les civils : viol, vol, arrestations arbitraires, torture physique, pillage, etc…Sur l’axe Mukera-Abala, bien que pas concerné directement par ces événements, a été un milieu d’accueil des familles déplacées de hauts plateaux d’Itombwe fuyant les affrontements entre FRF (milice banyamulenge) et FARDC.

Le rétablissement progressif de la sécurité sur ces axes a permis aux acteurs humanitaires de Baraka et Uvira d’y mener une mission conjointe avec l’escorte de la Monuc (actuelle MONUSCO, Mission de l’ONU pour la Stabilisation du Congo) en vue d’évaluer rapidement la situation humanitaire sur les lieux et en faire des recommandations nécessaires pour l’améliorer.

Dans leurs rapports, les humanitaires ont fait état notamment d’un retour massif, estimé à 95% des populations déplacées sur l’axe Kananda-Bwala, théâtre des affrontements du mois d’avril dernier entre Mayi-Mayi et FARDC avec besoin d’assistance en non vivres, semences agricoles, outils aratoires, soins médicaux, etc. Sur l’axe Mukela-Abala, nos sources ont signalé également le retour dans leurs milieux d’origine des déplacés venus des hauts plateaux d’Itombwe. Ces déplacés avaient fui les affrontements entre les FARDC et les FRF, comme signalé ci-haut. Au retour, ces familles trouvent la désolation dans leurs villages : maisons pillées ou incendiées ; des champs, élevages également pillés.

C’est dans ce contexte qu’intervient ce projet d’aide à réaliser par la Caritas-Développement Uvira. Il sied de rappeler que le Gouvernement Allemand, à travers son Ministère des affaires étrangères a déjà volé aux secours d’autres familles vulnérables dans la même contrée, notamment à travers les projets: « Aide urgente à 6175 familles dans la région de Mwenga” en 2009 et “Aide urgente à 6000 familles dans la région de Lemera” en 2010. « Nous présentons nos remerciements auprès du Gouvernement Allemand pour l’appui accordé à nos populations en détresse », écrit Jean Paul RUTEYE KITAMBALA, Coordinateur des Urgences Caritas-Développement Uvira, à travers la Caritas Allemagne.

Advertisements

Mbandaka/RDC : l’aéroport repris par l’armée congolaise après une attaque des « insurgés Enyele »

April 5, 2010

Mbandaka, le 04 avril 2010 (caritasdev.cd): les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont repris dimanche en fin d’après-midi le contrôle de l’aéroport de Mbandaka, avec l’appui des Casques Bleus de la Mission de l’Onu au Congo (MONUC), a indiqué Radio Okapi, citant des sources onusiennes. Cet aéroport et une partie du centre-ville avaient été attaqués par surprise par des « insurgés Enyele ».

C’est après d’intenses combats à l’arme lourde que cet aéroport est repassé sous le contrôle de l’armée congolaise, souligne la source. En fait, à en croire le Gouverneur de la Province de l’Equateur, Jean-Claude Baende, Mbandaka s’est réveillé « par l’entrée des insurgés Enyele. Ils ont réquisitionné le bateau Malaika de la société TFCE ». Interrogé par Radio Okapi, le Gouverneur a souligné que, voulant contrôler ce bateau, les éléments de sécurité ont été débordés par les insurgés, supérieurs en nombre au port. « Ils sont entrés dans la ville, ont progressé vers la résidence du Gouverneur, également au bâtiment administratif et à l’Assemblée provinciale. Une partie des assaillants s’est dirigée vers l’aéroport de Mbandaka. Mais, l’armée est en train de se réorganiser pour récupérer rapidement la situation », annonçait-il dans l’avant-midi, appelant la population au calme et à la vigilance.

Les insurgés sont donc entrés dans la ville par le port de Bakita, vers 10 heures locales. Des témoins affirment qu’ils étaient tous habillés en civil, avec des armes blanches. Ces détails contrastent pourtant avec l’échange des armes à feu dont les détonations se sont entendues toute la journée pascale. Difficile de donner à ce stade un bilan de cette attaque de Mbandaka. Toutefois, des sources contactées par caritasdev.cd signalent la mort d’un père de famille au quartier Mbandaka I, dans la Commune portant le même nom. Sa tension artérielle s’est gravement perturbée à cause des tirs nourris des armes, qui se poursuivraient jusque tard dans la nuit. La MONUC fait aussi état de la mort d’un casque bleu ghanéen, atteint à bord d’un véhicule blindé qui se rendait vers l’aéroport.

Le climat d’insécurité et la panique de ce dimanche n’ont pas encore permis aux équipes de la Caritas de procéder à une évaluation initiale, qui sera faite dès que possible.

Pour rappel, les insurgés Enyele sont identifiés aux guerriers d’un certain chef Udjani. Les Enyele se disputent depuis 1946 des étangs piscicoles poissonneux avec les Monzaya dans le district de Sud-Ubangi dans la Province de l’Equateur. Une nième crise a éclaté en novembre 2009, autour de la localité de Dongo et serait à la base de l’insurrection actuelle. Les affrontements meurtriers qui s’en sont suivis ont provoqué le déplacement de plusieurs centaines de milliers des personnes dans les Territoires de Kungu et de Libenge. Environ 115 000 personnes ont dû même traverser la rivière Ubangi, pour trouver refuge en République du Congo. Cette attaque survient plusieurs mois après le contrôle par les FARDC des localités investies par
les Enyele dans le Sud-Ubangi.

Lubero/Nord-Kivu : une aide en non vivres de Caritas Butembo-Beni à 1 500 ménages déplacés à Mbingi

November 2, 2009

rdc021109

Quelques bénéficiaires lors de la distribution de l'aide jeudi 29/10/09 à Mbingi (Ph. Caritas Butembo-Beni)


Butembo, samedi 31 octobre 2009 (caritasdev.cd) : La Caritas Butembo-Beni a procédé jeudi 29 octobre 2009 à la distribution d’une aide humanitaire d’urgence constituée des biens non alimentaires à 1 500 ménages déplacés à MBINGI, localité située à environ 120 km au sud de la ville de Butembo dans le territoire de LUBERO, au Nord-Kivu.

Cette distribution s’inscrit dans le cadre du « Projet d’assistance humanitaire d’urgence à 1 500 ménages
déplacés du Diocèse de Butembo-Beni, province du Nord Kivu en République Démocratique du Congo», cofinancé par le Ministère des Affaires Etrangères de la République Tchèque et la Caritas Prague.

Chaque ménage a bénéficié d’un kit composé de 3 couvertures, 1 pagne pour femme, 1 casserole, 1 bidon, 6 assiettes, 6 cuillères et des barres de savons. Les 1.500 ménages sont ceux ayant été identifiés comme les plus vulnérables parmi plus de 4.000 familles déplacées, enregistrées dans la localité de MBINGI.

Pour rappel, la délégation de la CARITAS PRAGUE, de passage en début octobre à Butembo, avait demandé à son partenaire de Butembo-Beni de procéder à l’identification des 1 500 ménages les plus vulnérables. Et ce sont eux qui ont été servis jeudi dernier.

Venus des villages de la périphérie de Mbingi, dont MASIKA, KARAMBI, VUSAVALI, MIVEYA, KASINGIRI et KITSUKU, ces déplacés ont fui l’insécurité provoquée par les FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda), des miliciens Mayi-Mayi et certains éléments indisciplinés des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) vers mars-avril 2009.

Ces bénéficiaires ont remercié à juste titre la Caritas pour son aide. Selon ces compatriotes déplacés, les bandits en arme leur avaient déjà ravi tous les biens, à telle enseigne qu’ils manquaient notamment des couvertures pour mettre au chaud leurs enfants la nuit.

Le Directeur de la Caritas du Diocèse de Butembo Beni, Mr Fabrice Maghulu, a exprimé toute sa satisfaction après cette opération de distribution des non vivres. Selon lui, la rapidité avec laquelle la CARITAS BUTEMBO BENI l’a menée est une preuve de l’expérience qu’a déjà acquise son équipe. Il a aussi mentionné que les besoins humanitaires sont encore immenses ; car, les déplacés servis sont une infime partie de l’ensemble de ceux qui ont trouvé refuge dans la localité de MBINGI.

Quoi qu’il en soit, les déplacés ont recommandé aux Autorités compétentes que la paix revienne dans les meilleurs délais dans leur Territoire pour, non seulement ne plus se faire ravir les biens reçus de la Caritas, mais surtout afin de vaquer librement à leurs occupations agropastorales.

Le Programme d’intervention humanitaire de Caritas pour l’Est et le Nord de la RDC en marche

October 13, 2009

Réception de l'aide d’urgence apportée par Caritas à 1 300 ménages déplacés à Dingila, Mankoro et Kembisa en fin mai 2009, financée par Caritas Allemagne (Ph. Caritas Congo)

Réception de l'aide d’urgence apportée par Caritas à 1 300 ménages déplacés à Dingila, Mankoro et Kembisa en fin mai 2009, financée par Caritas Allemagne (Ph. Caritas Congo)

· 750 ménages assistés en non vivres dimanche à Kurukwata/Faradje
· 750 autres ménages déplacés victimes de la LRA servis à Dingila/Bambesa
· Des intrants et semences agricoles à 750 ménages déplacés à Bunyakiri

Faradje, le 12 octobre 2009 (caritasdev.cd) : Une équipe de la Caritas Isiro-Niangara, appuyée par celle de Caritas Congo, a distribué dimanche 11 octobre 2009 une aide humanitaire d’urgence à 4 500 déplacés, soit 750 ménages, ayant fui les attaques des rebelles de la LRA depuis 9 mois dans la localité de Kurukwata, située à 45 Kms du centre du Territoire de Faradje dans le District du Haut-Uélé, et à plus de 1 000 Kms au Nord-Est de Kisangani, en Province Orientale.

A Kurukwata, les familles déplacées, estimées à plus de 1 000 ménages, sont restées sans aucune assistance durant neuf mois, depuis qu’ils ont dû quitter leurs villages suite aux attaques des rebelles de la Lord’s Resistance Army (LRA). Certains parmi eux n’ont pas pu être servis par la Caritas. Par ailleurs, à Faradje, l’intervention d’autres Organismes humanitaires se présente sous forme d’appui au secteur de la santé, de l’éducation et de l’agriculture pour les déplacés. D’où, un appel pour plus d’assistance en faveur de ces déplacés dans le Haut-Uélé.

L’assistance apportée par la Caritas est le fruit de premières contributions des membres de la confédération de la Caritas Internationalis dans le cadre de l’Appel d’Urgence EA 16/2009, coulé en Programme humanitaire de la Caritas-Développement Congo pour les Provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et Province-Orientale. Ce Programme de 7 mois vise à venir en aide à plus de 417.177 personnes déplacées et retournées des diocèses de Bondo, Bukavu, Bunia, Buta, Butembo-Beni, Dungu-Doruma, Goma, Isiro-Niangara, Mahagi-Nioka et Uvira.

Voilà pourquoi, la Caritas Buta, appuyée par une autre équipe de Caritas Congo, a apporté la même assistance humanitaire samedi 03 octobre 2009 à 750 autres ménages déplacés à Dingila, localité du Territoire de Bambesa, située à 217 Kms de Buta, dans le district du Bas-Uélé, et à 324 Kms de Kisangani, le Chef-lieu de la Province-Orientale.

Comme à Kurukwata, chaque ménage déplacé a reçu 8 friperies pour enfants, 6 friperies pour adultes, 3 couvertures, 2 seaux en plastique, 2 casseroles, 1 pagne pour femme, 6 cuillères, 6 assiettes, 6 gobelets, 1 bidon vide, des barres de savon et 1 kit d’hygiène pour les femmes.

Par ailleurs, grâce toujours aux premières contributions reçues, Caritas Bukavu va distribuer mercredi 14 et jeudi 15 octobre 2009 des outils aratoires et des semences à 750 autres ménages déplacés. Ces derniers ont dû quitter leurs villages à Kalehe et se sont déplacés à Bunyakiri (à 80 Kms de Bukavu) où ils louent des champs. Chaque ménage recevra un kit composé de 2 houes, 1 râteau, 1 arrosoir, 1 machette, 1 pelle, 1 hache et 2 limes ; y compris 5 kgs de semences de maïs, 5 kgs de semences de haricot, 10 kgs de semences d’arachides, 30 grammes de semences maraîchères et 21 mètres-linéaires de boutures de manioc.

Caritas Goma et Caritas Uvira ont aussi lancé depuis la mi-septembre des activités visant la sécurité alimentaire dans leurs diocèses respectifs.

Des aides humanitaires d’urgence en non vivres sont déjà programmées par les Caritas diocésaines de Bondo, Mahagi-Nioka, Bunia et Dungu-Doruma pour ce mois d’octobre 2009, au-delà d’autres interventions qui se poursuivront au rythme de l’évolution des contributions des membres de Caritas Internationalis à cet Appel d’urgence EA16/09.

RDC/Burundi : une délégation de Kinshasa annoncée à Bujumbura sur le retour des réfugiés congolais

October 9, 2009

Uvira, le 09 octobre 2009 (caritasdev.cd) : étudier les modalités protocolaires du retour des réfugiés congolais du Burundi en RDC, c’est l’objectif de la rencontre prévue demain samedi à Bujumbura entre des officiels congolais et burundais. La réunion devrait répondre aux doléances d’un groupe des réfugiés congolais qui cherche désespérément à retourner en RDCongo. Cité par la radio de l’ONU en RDC, l’administrateur du territoire d’Uvira a annoncé que la partie congolaise sera représentée par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense.

En attendant, sur le terrain, environ 500 réfugiés congolais du Burundi ont dû regagner jeudi le camp de Mwaru, à 60 kilomètres de la frontière avec la RDC. Le ministère congolais de l’Intérieur a pris la décision de fermer la frontière au poste de Kavimvira par où ces Congolais allaient être rapatriés pour éviter un retour au pays « dans l’anarchie », a rapporté radiookapi.net. Il est également fait état de la poursuite des opérations militaires « KIMIA II » contre les rebelles rwandais de FDLR dans les zones de retour de ces réfugiés.

Le HCR estime à 29 000 le nombre de réfugiés congolais vivant au Burundi. La radio onusienne rappelle que ces réfugiés congolais vivent dans le camp de Gihinga, dans la province burundaise de Mwaro, au centre du pays. Ils provendraient principalement du territoire d’Uvira. Is avaient quitté la RDC depuis plus de quatre ans.

La fermeture du camp Gihinga et leur transfert dans un nouveau camp de réfugiés, celui de Bwagiriza, au nord-est du Burundi, serait l’une des raisons qui les pousseraient à quitter leur pays d’accueil. L’annonce en avait été faite par le gouvernement burundais et le HCR à la fin se septembre. Les réfugiés congolais avaient alors été invité d’accepter le transfert de Bwagiriza, dans la province de Ruvigi.

Et il leur a été dit qu’une fois Gihinga fermé, l’aide du HCR ne serait donnée qu’à Bwigiriza. Environ 140 Congolais avaient pris la décision d’aller s’installer dans le nouveau camp alors que plus de 2 000 autres refusaient de s’y rendre, évoquant des raisons de sécurité. Ils craignent aussi qu’ils ne soient victimes des violences qui résulteraient des élections burundaises prévues en 2 010. Mais dans l’entre-temps, le HCR avait indiqué que les conditions de sécurité n’étaient pas non plus réunies de l’autre côté de la frontière pour le rapatriement de ces Congolais, notamment à cause des opérations militaires en cours au Sud- Kivu (opérations Kimia 2). La rencontre de samedi à Bujumbura pourra faire le point de toute cette situation.

Caritas aux côtés d’autres agences pour évaluer la situation des expulsés d’Angola

October 9, 2009

Kinshasa, le 09 octobre 2009 (caritasdev.cd) : Près de 18.000 congolais expulsés de l’Angola ont été enregistrés pour le seul mois de Septembre 2009 dans la Province du Bas-Congo. En outre, 8.000 nouveaux expulsés y sont arrivés, pour la seule journée du 08 octobre 2009, selon radio Okapi. Muanda et Tshela sont les deux Territoires les plus affectés par l’arrivée de ces refoulés démunis de tout et épuisés par la faim et les violences qu’ils ont subies de la part des services de sécurité angolaise. Voilà pourquoi une mission d’évaluation inter agence séjourne depuis jeudi 08 octobre 2009 au Bas-Congo, à laquelle participe Caritas Congo, rapporte caritasdev.cd.

La difficulté de coordination des statistiques et de la réponse ainsi que le besoin de suivre la dynamique que peut prendre cette situation dans les jours à venir ont conduit l’Inter cluster à diligenter cette mission d’évaluation inter-agences dans la province du Bas Congo.

Cette mission est appelée à évaluer et définir le niveau/degré de vulnérabilité atteint par les expulsés voir la population des localités concernées, apprécier les mécanismes locaux de protection et de réponse aux besoins humanitaires engendrés le cas échéant, recommander des actions concrètes pour un meilleur encadrement de la population en général et des expulsés en particulier et soutenir les efforts de la coordination et ’harmonisation des statistiques d’expulsés et la clarification sur les cas de viols et violences (conjointement avec les autorités gouvernementales provinciales pour faciliter l’assistance).

Dans l’entretemps, plusieurs exactions sont rapportées par les organisations locales et internationales oeuvrant au Bas Congo, où la population d’accueil tente tant soit peu de subvenir aux besoins multiples des expulsés. Par ailleurs, ces derniers jours certains expulsés Congolais s’en prennent aux ressortissants angolais vivant dans cette région tandis que le Gouvernement central a décidé également d’expulser en représailles les ressortissants angolais en situation irrégulière en RDC. Cette situation risque de dégénérer si des mesures concrètes ne sont pas mises en place pour encadrer ces populations. D’autres expulsés arrivent
par la Province du Kasai-Occidental. Sur le plan diplomatique, une commission mixte RDCAngola a été mise sur pied pour régler le différend, mais aucune avancée n’est à ce jour enregistrée.

Pour rappel, les expulsions des Congolais et d’autres ressortissants africains ont débuté depuis 2003. Cependant, elles ont repris avec une violence exceptionnelle depuis janvier 2009.

Caritas aid worker killed in Congo

July 21, 2009

Caritas Internationalis is condemning the growing climate of insecurity in eastern Congo following the killing of a Caritas staff member who worked for Caritas France (Secours Catholique).

Ricky Agusa Sukaka, 27, was shot dead in Musezero, North Kivu, on the way home from work on the afternoon of 15 July. When his colleagues found him, his pockets had been emptied and his Secours Catholique-Caritas France t-shirt removed.

Villagers reported seeing Mr Sukaka, who was a Congolese national, stopped by two men wearing Congolese army uniforms before he was killed.

Read more

RDC:le Secours Catholique condamne l’assassinat de l’un de ses employés au Nord Kivu

July 21, 2009

Paris, le 20 juillet 2009(caritasdev.cd): Le Secours Catholique-Caritas France condamne l’assassinat de Ricky Agusa Sukaka, 27 ans, agronome employé sur l’un des programmes menés au Nord Kivu. Cet événement est survenu le mercredi 15 juillet à 15h30 dans le village de Musezero. L’organisation suivra avec attention le déroulement de l’enquête qui vient d’être ouverte afin que les auteurs de ce crime ne restent pas impunis. Elle dénonce l’insécurité croissante pour les populations civiles, comme pour les acteurs humanitaires, dans la région du Kivu. Ricky Agusa Sukaka, employé depuis le 1er juillet 2008 par le Secours Catholique-Caritas France, a été abattu de retour de son lieu de travail dans le village de Musezero, sur la route qu’il avait empruntée en moto, rapporte le communiqué de Secours Catholique-Caritas-France transmis à caritasdev.cd.

Lire la suite

Lève-toi et marche

May 18, 2009

Caritas-Développement Congo vient de publier le magazine “Lève-toi et marche” n°014. Il couvre la période allant de Février à Avril 2009, avec comme Editorial “Mettre chacun la main à la pâte”.

Cette édition présente à sa Une différents points de vue autour de la nécessité de faire de la reconstruction de la RDC une affaire du Congolais d’abord, lesquels proviennent des personnalités de divers horizons. Diverses éminentes opinions se prononcent aussi sur la part de la Communauté Internationale dans cet effort.

Plusieurs autres sujets d’intérêt national touchant la promotion du développement, de la santé, la lutte contre le VIH/Sida, l’édification de la paix et la réponse aux urgences majeures sur l’ensemble de la République Démocratique du Congo sont également traités dans ce numéro.

Lire le magazine

RDC : Caritas plaide pour la protection des populations et l’assistance humanitaire d’urgence

April 15, 2009

Cette famille approche la cité de Doruma, après avoir fuit son village, attaqué par des rebelles ougandais de la LRA (Ph. Caritas Congo, Janv. 09)

Cette famille approche la cité de Doruma, après avoir fuit son village, attaqué par des rebelles ougandais de la LRA (Ph. Caritas Congo, Janv. 09)

Kinshasa,le 07 avril 2009 (caritasaceac.org): Face à la situation humanitaire toujours critique à l’Est et au Nord-Est, le réseau Caritas de la République Démocratique du Congo invite le Gouvernement à assumer pleinement ses responsabilités notamment dans la protection des populations et l’encadrement des militaires. Les Directeurs et délégués des 47 Caritas diocésaines l’ont dit dans une déclaration rendue publique le jeudi 02 avril 2009 à Kinshasa. C’était à l’issue de l’atelier sur la revue des actvités et la présentation des perspectives d’avenir des relais, rapporte caritasdev.cd.

Lire la suite…